Foire aux questions

Généralités

  • Qu’est-ce que le Réseau européen pour le retour et la réintégration (ERRIN) ?

    L’European Return and Reintegration Network (Réseau européen pour le retour et la réintégration, ERRIN) est une initiative conjointe réunissant 15 États membres de l’UE et pays associés à l’espace Schengen (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse), l’Agence européenne de garde-frontières et garde-côtes (AEGFGC/FRONTEX) ainsi que la Commission européenne. Le Centre international pour le développement des politiques migratoires apporte son expertise et son soutien en tant que partenaire opérationnel. Ce programme facilite le retour dans les pays d’origine et fournit une aide à la réinsertion aux migrants qui ne peuvent pas ou qui ne souhaitent plus rester en Europe. Le réseau ERRIN répond à un large éventail de besoins, couvrant les procédures de retour dans leur ensemble, avant le départ jusqu’après l’arrivée et l’aide à la réinsertion dans (à ce jour) 16 pays dans le monde entier.

    En savoir plus: À propos d’ERRIN

  • Pourquoi le réseau ERRIN est-il nécessaire ?

    Renvoyer les migrants en situation irrégulière dans leur pays d’origine de manière humaine et durable constitue une part essentielle des efforts déployés par l’UE pour gérer les migrations. Toutefois, ces retours soulèvent des difficultés sur le plan opérationnel. De nombreux aspects ne peuvent être traités efficacement au niveau national. C’est pourquoi une coopération à l’échelle européenne est nécessaire pour améliorer les procédures de retour ainsi que la qualité de l’assistance proposée aux migrants retournés.

  • Comment le réseau ERRIN est-il financé ?

    ERRIN est financé au travers des actions spécifiques du Fonds « Asile, migration et intégration » (FAMI) de l’Union européenne qui bénéficie d’un budget de 28,6 millions d’euros. Le Ministre de la Justice et de la Sécurité des Pays-Bas (Services de rapatriement et de départ - SR&D) gère ce budget en tant que partenaire principal. Tous les États membres d’ERRIN cofinancent le projet à hauteur de 10 % sur la base d’un partage égal des coûts.

  • Quelles sont les activités principales d’ERRIN ?

    ERRIN permet la mise en place de services suivant l’arrivée et d’assistance à la réinsertion grâce à la cotraitance auprès de prestataires de services locaux. Le programme examine des solutions visant à faciliter le retour et la réinsertion des groupes vulnérables. Il développe des outils visant à améliorer l’aide psychologique en amont du départ, étudie les approches innovantes de la réinsertion, facilite la coopération de « gouvernement à gouvernement » dans l’aide à la réinsertion et investit dans le savoir afin d’améliorer la compréhension des dynamiques de retour.

    En savoir plus: What we do (en anglais)

Questions spécifiques - programmes de réinsertion

  • Qui est éligible à une aide ?

    Actuellement, les ressortissants de 16 pays qui souhaitent ou qui doivent quitter l’un des pays partenaires d’ERRIN peuvent être éligibles et bénéficier d’un certain nombre de prestations en nature proposées au titre du programme ERRIN par le biais d’un réseau des prestataires de services locaux. Cela inclut les personnes migrantes sans titre de séjour, y compris les demandeurs d’asile qui ont été déboutés et les immigrés qui n’ont jamais résidé légalement au sein de l’UE. Dans certains cas, l’aide peut également être élargie aux demandeurs de protection internationale qui décident de revenir dans leur pays d’origine en cours de procédure. Les retournés peuvent l’être de façon volontaire ou non (en fonction des politiques en vigueur dans les pays de départ) et avoir tout âge et tout profil.

    En savoir plus: Where we work

  • Qui détermine l’éligibilité ?

    Les autorités responsables des pays partenaire d’accueil déterminent l’éligibilité. L’aide à la réinsertion sera accordée uniquement après la réalisation d’un contrôle de vérification positif par lesdites autorités. Le soutien apporté vise à aider les retournés à démarrer une fois qu’elles sont de retour dans leur pays d’origine. Les services sont fournis en nature (sauf indication contraire du pays de départ). Le montant peut varier en fonction du pays d’origine du retourné, de son profil et de ses besoins spécifiques éventuels.

  • Comment fonctionne le processus ?

    Les autorités responsables des pays partenaires du réseau ERRIN conseillent, orientent, et déterminent les critères d’éligibilité au programme. Lorsqu’une demande a été approuvée, les autorités peuvent utiliser le contrat établi avec le prestataire de services pour la mise en place d’une aide à la réinsertion. Le prestataire de services travaille avec chaque retourné pour identifier une solution prenant en compte sa situation et ses besoins particuliers, dans les limites du montant disponible.

  • Quel type d’aide est disponible ?

    Le prestataire de services travaille avec chaque retourné afin de préparer un plan de réinsertion qui entre dans les limites du montant disponible (qui varie en fonction du pays de départ). Le plan est personnalisé afin de prendre en compte la situation, les besoins et des compétences de chaque personne. L’accent est mis sur un retour qui offre des perspectives d’avenir afin d’aider les personnes et les familles à réussir leur retour dans leurs pays d’origine. Cette assistance peut comprendre, par exemple : l’aide pour trouver un emploi ou à la formation professionnelle, des orientations pour lancer une activité, l’aide à l’obtention d’un hébergement à court terme, des orientations vers une assistance médicale ou encore une assistance juridique et administrative.

Questions spécifiques - projets et activités

  • Dans quelles autres activités s’implique ERRIN ?

    Outre son programme de réinsertion, ERRIN sert de pôle d’innovation pour que les membres développent des projets communs et améliorent leurs pratiques. Les membres travaillent ensemble afin d’explorer des approches innovantes du retour et de la réinsertion et d’améliorer leur compréhension des dynamiques de retour.

    En savoir plus: Projects and activities (en anglais)

  • Quels sont les projets concrets en cours ?

    L’aide psychologique en amont du départ est un domaine d’échanges important. ERRIN facilite les échanges entre pairs parmi les praticiens de terrain. Cela permet aux membres du réseau de mettre leurs idées en commun et de développer des outils et des documents d’information conjoints. Parmi les autres projets concrets en cours de développement, on compte des initiatives visant à améliorer le retour des groupes vulnérables tels que les personnes ayant des problèmes de santé ou les mineurs non accompagnés, un outil de gestion numérique des cas et de collecte de données (l’outil d’évaluation de la réinsertion, « RIAT ») et enfin le rassemblement des villes afin de déterminer de nouvelles manières d’informer les migrants en situation irrégulière de leurs différentes options de retour.

  • Comment ERRIN travaille-t-il avec les gouvernements des pays tiers ?

    En tant qu’initiative dirigée par les États membres, ERRIN est bien placé pour faciliter les projets intergouvernementales (« Gov2Gov »). Le renforcement des capacités des autorités dans les pays d’origine permet de raccourcir le circuit de prestation d’aide consécutive au retour et de soutien à la réinsertion. ERRIN aide également les autorités à gérer les défis liés au retour et à la réinsertion par le biais d’un soutien opérationnel et contribue de cette façon à l’efficacité du retour et des politiques et des programmes de réinsertion. Le premier pilote du projet est déjà en cours de mise en œuvre en Arménie, et le travail continue afin d’élargir l’approche à d’autres pays, notamment la Gambie.

    Read more: Government-to-government cooperation (en anglais)

Valeur ajoutée et résultats

  • Quelle est la valeur ajoutée d’ERRIN ?

    ERRIN est la somme de ses différentes composantes. Les États membres fixent les priorités et ils font avancer le programme. Tous les principaux « pays de départ » européens participent au réseau. Les membres d’ERRIN représentent 80 % de tous les retours de l’UE. Au travers de la cotraitance, les pays partenaires d’ERRIN se partagent les services d’un fournisseur qui gère les programmes d’aide à la réinsertion dans chaque pays de retour. Cela signifie en pratique que tous les aspects administratifs, financiers et liés aux achats sont consolidés par le biais du programme. Ainsi, les États membres n’ont plus besoin de multiplier les contrats individuels avec différents prestataires de services, ce qui réduit les coûts administratifs et permet de réaliser des économies d’échelle. Le réseau offre également un pôle de collaboration. Les membres travaillent ensemble afin d’explorer des approches innovantes du retour et de la réinsertion et d’améliorer leur compréhension des dynamiques de retour.

  • Quels sont les résultats obtenus à ce jour ?

    En août 2019, plus de 17 000 migrants retournés avaient bénéficié d’une aide ou recevaient une aide de la part d’ERRIN. La priorité est de permettre un retour offrant des perspectives d’avenir au retourné. C’est pourquoi proposer une aide au retour à travers une assistance personnalisée à la réinsertion représente un élément fondamental du programme ERRIN. Il ne s’agit pas seulement d’aider les migrants à retourner dans leur pays, mais aussi de soutenir leur réinsertion dans la société. Vous pouvez découvrir certaines de leurs histoires dans la 'News and Stories' section de ce site. Un certain nombre de projets sont également en cours afin d’examiner d’approches innovantes de la réinsertion, de renforcer la collaboration et d’harmoniser les procédures et les pratiques. En savoir plus sur les pages 'What we do' de notre site.